Municipalité de Cap-Saint-Ignace
Sentier de feuilles en automne Sentier de feuilles en automne boisé Citrouilles Pommes pain bras

Des origines à aujourd'hui

 

Le 3 novembre 1672, l'intendant Talon concède à Geneviève de Chavigny «une lieue de terre» à prendre sur le Saint-Laurent depuis un petit cap auquel des Jésuites accompagnant les Amérindiens dans leurs excursions de chasse avaient donné nom de Saint-Ignace. Le même jour, il accorde à Nicolas Gamache et à Louis Gagné une demi-lieue de terre à prendre sur le Saint-Laurent depuis la concession faite à Geneviève de Chavigny. Il cède également à Guillaume Fournier «trente arpents de front sur deux lieues de profondeur». Deux années plus tard, le gouverneur Frontenac cédera enfin à René Lepage un fief qui viendra compléter ce qui constitue le territoire actuel de Cap-Saint-Ignace.

Petit-cap en 1681Une première chapelle est construite dans l'anse ouest du Petit-Cap. Le 3 octobre 1700, Mgr de Saint-Vallier procède à l'érection canonique de la paroisse, mise sous le patronage de Saint-Ignace-de-Loyola. La première chapelle s'étant avérée trop petite, une deuxième église de pierre est construite en 1721. Elle s'écroulera vers 1744 en raison de l'érosion de la côte provoquée par l'action des grandes marées. 

Le troisième lieu de culte, érigé sur le site actuel de l'église, est inauguré en 1773. L'édifice est démoli en 1881 pour faire place à un bâtiment qui fut détruit par le feu en 1890 et remplacé par l'église actuelle.

Moulin Vincelotte, construit en 1690C'est autour du moulin à farine que s'organise la vie sociale et industrieuse des premiers habitants de Cap-Saint-Ignace. Dès 1690, le seigneur de Vincelotte fait construire un moulin à vent où les censitaires vont porter leur blé pour le transformer en farine. Le moulin a cessé ses opérations vers 1823, lorsqu'un moulin à eau pouvant répondre de façon plus satisfaisante aux besoins grandissants des habitants, est construit aux abords du Bras Saint-Nicolas.

Vers 1845, Léandre Méthot participe au développement industriel de Cap-Saint-Ignace en faisant le commerce du bois. Afin d'assurer l'exportation du bois vers l'Angleterre, deux chantiers maritimes s'établissent à Cap-Saint-Ignace. Une dizaine de navires, bricks et brigantines sont construits en quelques années Après quelques naufrages et l'arrivée des bateaux à vapeurs plus puissants, l'armateur se voit contraint de liquider plusieurs de ses vaisseaux. Au moment de sa mort en 1881, son entreprise passe aux mains de la compagnie Price Brothers qui, en 1915, transfère ses exploitations à Montmagny.

Elzéar, un des fils de Léandre Méthot, établit en 1881 la Manufacture de laine de Cap-Saint-Ignace où on y carde surtout la laine apportée par les éleveurs de la région. L'industrie familiale est vendue en 1959 et deviendra « Lasalle Blanket ». Plusieurs citoyennes et citoyens de Cap-Saint-Ignace y ont travaillé jusqu'à sa fermeture en 1987.

 

Aujourd'hui

Même si la production laitière reste encore l'apanage de nombreux exploitants agricoles, certains se spécialisent dans la culture exclusive des céréales. Ajoutons également l'élevage de bovins de boucherie, l'élevage porcin et même des élevages plus rares, tels le faisan, la caille, la pintade, le bison et le chevreuil. La culture horticole, la culture des pommes et des petits fruits s'avère très florissante et occupe une place importante. L'acériculture fait le délice des amateurs de produits de l'érable.

 

Crédit : Paber AluminiumL'activité industrielle est centrée sur trois axes : le bois, le métal et l'imprimerie. L'exploitation forestière et la transformation du bois font partie d'une longue tradition à Cap-Saint-Ignace. Les terres à bois sont actuellement exploitées par des producteurs privés qui s'adonnent principalement à la vente du bois de chauffage et du bois d'oeuvre. Un certain nombre d'usines et d'ateliers de différentes envergures travaillent à la transformation du métal, en confectionnant des pièces usinées, d'autres se spécialisant dans la soudure et le fer ornemental. Un troisième secteur d'activité industrielle importante à Cap-Saint-Ignace est celui de l'imprimerie.

La quiétude de la belle campagne combinée à la proximité d'une multitude de services font de Cap-Saint-Ignace, une municipalité de choix pour les jeunes, les familles, les travailleurs et les retraités. On y compte aujourd'hui un peu plus de 3000 habitants.

 



Municipalité de Cap-Saint-Ignace
180, place de l'Église
Cap-Saint-Ignace
G0R 1H0

Date d'impression : 2017-11-22 18:47:33
Téléphone : 418 246-5631
Télécopieur : 418 246-5663
Courriel :
Site Internet : http://www.capsaintignace.ca